Voyage d’étude en Grèce des étudiants de Khâgne Ulm et des hellénistes d’hypokhâgne

Après les concours, nos khâgneux préparant l’ENS Ulm ont pu profiter d’un séjour de quelques jours en Grèce, à la découverte des sites archéologiques et culturels en lien avec les programmes d’Histoire, de Philosophie et de Lettres classiques.

Les étudiants accompagnés de leurs trois enseignants ont ainsi visité le Cap Sounion, Mycènes, Epidaure, Delphes et le monastère d’Hosios Loukas , ainsi qu’Athènes, ses sites et ses musées.

Le voyage a également été l’occasion d’une belle convivialité, aboutissement de deux ou trois ans passés ensemble.

  • Moment studieux devant l'aurige de Delphes
  • Une pause dans l'Agora d'Athènes
  • Sur l'Acropole
  • Cours de céramique par M. Hervouet, professeur d'Histoire
  • Dans le théâtre d'Epidaure
  • Mycènes, retour à la lumière
  • Photo de groupe face au temple du Cap Sounion

La mer accueille tout et tout le monde, par les étudiants de spécialité théâtre (Khâgne)

2022_06_AtelierK

Les étudiants de spécialité études théâtrales de khâgne vous proposent d’assister jeudi 2 juin à 14h 30 ou le mardi 7 juin à 20h à “LA MER PEUT ACCUEILLIR TOUT ET TOUT LE MONDE”, petite expérience de théâtre politique sur fond de cirse migratoire et de bonne conscience européenne.

    C’est une version condensée de leurs travaux sur le programme du concours:  la pièce de théâtre les Suppliants d’Elfriede Jelinek sur la crise migratoire et l’étude des formes du théâtre politique.

Comme nous tous, Elfriede Jelinek a suivi la crise migratoire dans les médias, les discours et polémiques politiques, et les macabres décomptes…

Comme beaucoup d’entre nous, elle s’est demandé pourquoi il y avait un fossé entre le désir d’accueillir et la réalité de l’inhospitalité. 

Comme moins d’entre nous, elle est autrichienne, germanophone et a pu lire dans le texte la brochure du gouvernement autrichien et les invraisemblables conditions d’assimilation posées à l’époque par le chancelier Kurz.

Comme certains d’entre nous la rage l’a prise.

Comme très peu, et rarement parmi nous, elle est auteure, prix Nobel et sa rage, son humour noir, son esprit critique, elle les déploie sur les planches dans un texte choral vertigineux.

Nous, nous essayerons autant que nous le pourrons de suivre cette langue folle, d’incarner cette valse des identités, de mettre en scène ce drôle de jeu de massacre, de passer d’une humeur à une autre, de jongler avec le kitsch et la mort, de traduire la politique sur scène, avec les moyens que nous offre le théâtre.

Et vous? que ferez-vous?

Pig Boy, par les étudiants de l’option théâtre : 9 et 10 juin, 20h30

L’élevage porcin et ses difficultés font le désespoir des agriculteurs et la cible de toutes les polémiques… Le parti animaliste présent aux élections tandis que les alertes sur les dérives et maltraitance des animaux d’élevage se multiplient… A l’heure où Google et les transhumanistes promettent la vie éternelle, virtuelle, connectée et numérique dans quelque metavers, on greffe des coeurs de cochons qu’on élève comme des banques d’organe compatibles…  

    Et si le cochon devenait l’instant d’un spectacle le révélateur de nos contradictions, de nos espoirs et de nos angoisses, de nos rêves et de nos réalités plus sordides? Après tout, selon l’adage, dans le cochon tout est bon!

    Mais un cochon? Au théâtre?

    Les étudiants d’option études théâtrales de CPGE du Lycée Malherbe montent Pig Boy, le text erécent (2016) de Gwendoline Soublin. Cette incroyable matériau au trois parties, racontant trois histoires qui n’en sont peut-être qu’une, emmène du Far-west breton à une société futuriste, de l’homme à l’animal, des rêves les plus échevelés au pragmatisme absolu.

    Rendez-vous les jeudi 9 et vendredi 10 juin à l’amphi Ponge à 20h30 pour trancher: est-ce de l’art ou du cochon?

Demi-journées d’immersion en prépa littéraire pour les Terminales !

Prenez contact avec les enseignants pour assister à un cours en prépa littéraire, rencontrer les étudiants et poser vos questions.

Jusqu’au mois de mars, les classes préparatoires littéraires du lycée Malherbe organisent à l’intention des élèves de terminale de l’académie des “demi-journées d’immersion” leur permettant de découvrir quelques séances d’enseignement et d’échanger avec des étudiants d’hypokhâgne, ainsi qu’avec leurs professeurs.

Les élèves de terminale intéressé.e.s peuvent prendre contact avec les enseignant.e.s en fonction du créneau choisi :

*philosophie le mercredi matin de 8h à 10h et le vendredi matin de 10h à 12h (contact : Mme Bernard, enseignante de philosophie, prophilo@outlook.fr).

*lettres le mardi de 14h à 16h ou le jeudi de 8h à 10h (contact Mme L’Hopital, enseignant de lettres, servane.l-hopital@ac-normandie.fr).

*géographie le mercredi matin de 10h à 12h (contact : Mme Aubert-Masson, enseignante de géographie, laubertmasson@outlook.com).

*histoire le vendredi matin de 8h à 10h (contact : M. Hervouët, enseignant d’histoire, prohervouet@orange.fr).

*IEP- module Sciences-Po le mercredi de 13h30 à 14h30 pour le cours de questions contemporaines (contact : Mme Aubert-Masson, enseignante de géographie, laubertmasson@outlook.com).

Les HK au château de Caen

Le 28 février 2022, les étudiantes et étudiants de la classe de HK1 ont visité le château de Caen dans le cadre de leur cours d’histoire du Moyen Age, avec leur professeur B. Hamelin.

La classe a bénéficié de l’expertise de Jean-Marie Lévesque, directeur du musée de Normandie, qui lui a présenté les recherches archéologiques passées et actuelles renouvelant la connaissance historique du château et les politiques de conservation et de mise en valeur du patrimoine exceptionnel de ce site.

Ouverture d’atelier théâtre de khâgne, les Suppliants d’Elfriede Jelinek

Jeudi 03/02 a eu lieu une ouverture d’atelier: après vingt heures passées en compagnie de Guillermo Pisani, auteur et metteur en scène, les étudiants de khâgne ont proposé une restitution du travail de théâtre politique mené autour du texte Les Suppliants d’Elfriede Jelinek, au programme du concours. Comment mettre en scène ce grand choeur de voix de migrants sans identité, comment faire entendre cette langue foisonnante de Jelinek, comment incarner ce texte où n’existent ni personnage ni didascalie ni scène?

Tout un travail concret sur la place du spectateur, sur les espaces, sur les clichés véhiculés par le langage et sur le sens de la communauté, de l’identification a permis de faire l’expérience sur le plateau de notions aussi abstraites que les frontières, l’altérité, le droit, la démocratie.

Visite de l’IMEC (Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine)

A l’occasion de l’exposition “La rage d’écrire” présentant les carnets d’écrivains conservés à l’Abbaye d’Ardenne, la classe de khâgne Ulm a effectué le mardi 25 janvier une visite de l’IMEC.

Cette visite a permis de réfléchir à la question de la prose et de son rapport à la matérialité de l’écriture, mais également de découvrir les métiers de la médiation culturelle et de la conservation du patrimoine littéraire et des archives.

Forum des anciens étudiants de CPGE littéraire

Vendredi 17 décembre s’est tenu, dans le respect des conditions sanitaires, le forum des CPGE littéraire. Il a permis aux hypokhâgneux et khâgneux actuels, réunis dans l’amphi Ponge, d’entendre près de quarante ancien.ne.s, en poursuite d’études ou insérés professionnellement.

Une diversité de débouchés
En se présentant successivement en réunion plénière, ils.elles ont témoigné de la grande diversité des poursuites d’études et domaines d’activités possibles : enseignement, recherche, journalisme, études politiques, traduction-interprétariat, fonction d’état, urbanisme et gestion des territoires, métiers de la culture, archivistes, mais aussi management, responsables au sein de grands groupes industriels en charge de la communication, du développement durable…etc.

Des années de prépa déterminantes
Les échanges et tables rondes avec les étudiants de khâgne et d’hypokhâgne leur ont permis de souligner le tremplin qu’ont été leurs deux ou trois années de prépa littéraire pour la réussite de concours. La poursuite de leurs études a été facilité par la solidité des acquis et de la culture de ces premières années dans le supérieur. Et c’est parfois lors des entretiens professionnels, que le suivi d’une prépa littéraire a pu être aussi un critère supplémentaire qui a valorisé leur profil.

Un attachement commun
Cela a été aussi l’occasion pour elles.eux de marquer l’attachement à ces années dans leur parcours et d’évoquer ce cadre propice dans leur trajectoire, ainsi que les amitiés qui ont aussi esquissé des réseaux de collaboration, d’entraide et de conseil entre eux.

L’équipe les remercie de leur disponibilité et de leur goût de l’échange.